Les aliments lacto fermentés, ennemis de la maladie

Lentement mais sûrement, les scientifiques commencent de plus en plus à se concentrer sur l’influence de la nutrition sur le cancer. De plus en plus de preuves corroborent l’idée qu’une alimentation riche en bons gras  et faible en glucides nets (glucides totaux moins fibre, c’est-à-dire des glucides non fibreux) peuvent  réduire significativement vos risques en améliorant la fonction mitochondriale et métabolique.

Les aliments fermentés sont également reconnus comme un adjuvant anti-cancer important. Les bactéries bénéfiques trouvées dans les aliments fermentés ont été montrées particulièrement efficaces pour supprimer le cancer du côlon, mais peuvent également inhiber les cancers du sein, du foie, de l’intestin grêle et d’autres organes.

Par exemple, le butyrate, un acide gras à chaîne courte est  produit lorsque de bonnes bactéries  transforment en fermentant  la fibre alimentaire  dans votre intestin, ce qui a démontré provoquer l’apoptose, la mort cellulaire  de cellules cancéreuses du côlon.

Le kimchi (ma lacto préférée, un plat de chou fermenté coréen) contient des probiotiques qui contribuent à la désintoxication des pesticides organophosphorés. Il décompose également le nitrate de sodium, un conservateur alimentaire associé à un risque accru de cancer.

Microbiôme humain

Le métabolisme bactérien  peut influencer vos risques de cancer

Des recherches faites  par Johanna Lampe, PhD., à Fred Hutchinson Cancer Research Center suggère que le  métabolisme microbien peut affecter votre risque de cancer de différentes façons, pour le meilleur ou le pire, en influençant:

Réparation de l’ADN
Métabolisme / désintoxication des cancérogènes
Régulation hormonale
Inflammation
Fonction immunitaire
Apoptose (mort cellulaire programmée)
Prolifération microbienne
Différenciation microbienne

En outre, votre microbiôme intestinal – qui contient 100 fois plus de gènes que le génome  total de votre corps – est impliqué dans des réactions chimiques importantes  chose que vos enzymes intestinales ne peuvent pas effectuer, y compris la fermentation et la réduction des sulfates.

Fait important, votre microbiôme intestinal contribue à générer de nouveaux composés (métabolites bactériens) qui peuvent avoir un effet bénéfique ou préjudiciable sur votre santé.

À l’inverse, certains de ces composés agissent comme des sources d’énergie et / ou aider à régulariser votre métabolisme et de réduire l’inflammation. D’autres  composés peuvent causer du stress oxydatif.

Les composants alimentaires connus pour produire des métabolites bactériens bénéfiques comprennent des fibres alimentaires, des lignanes végétales, des anthocyanes et de l’acide linoléique, pour n’en nommer que quelques-uns.

Comme l’a noté Lampe, «la disponibilité de nutriments ou des substances bioactives bénéfiques pour la santé peut être influencée par le microbiote intestinal» et «la compréhension de l’impact des métabolites bactériens sur les voies naturelles peuvent  aider à guider de futures stratégies de prévention du diabète et du cancer»

L’inflammation chronique augmente les  risques de cancer

Réduire l’inflammation est un caractéristique anti-cancer important des aliments fermentés. Comme l’explique Stéphanie Maxson, diététicienne clinicienne  principale au centre de médecine intégrative du MD Anderson, «l’inflammation prolongée peut endommager les cellules et les tissus sains de votre corps et affaiblir votre système immunitaire.

Et, puisque votre système immunitaire est la première ligne de défense, un système immunitaire affaibli est ce qui permet à des maladies comme le cancer de venir s’installer progressivement. Par conséquent, la réduction de l’inflammation est un aspect fondamental de la prévention du cancer.

Un groupe de bactéries qui semble important pour maintenir une fonction immunitaire saine est le groupe clostridium. Ironiquement, ce groupe est lié à clostridium difficile, qui peut causer des infections intestinales graves et mortelles.

Mais tandis que C. difficile provoque une inflammation chronique, les amas clostridium aider réellement à maintenir une barrière intestinale saine et bien fonctionnelle, empêchant les agents inflammatoires d’entrer dans votre circulation sanguine.

Les facteurs qui favorisent l’inflammation chronique dans votre corps sont entre-autres :

  • L’obésité
  • La cigarette
  • Le stress
  • Le manque d’exercice
  • Mauvaise alimentation

L’inflammation et le microbiôme jouent également un rôle dans le diabète de type 1

Le lien entre votre microbiôme et l’inflammation est également évident dans le diabète de type 1 (diabète insulino-dépendant) qui, contrairement au diabète de type 2, est un trouble auto-immun.

La cause première du diabète de type 1 a été longtemps  un mystère médical, mais des recherches plus récentes suggèrent que la maladie peut être enracinée dans certaines  dysfonctions intestinale. Comme rapporté par Medical News Today

 » Les individus avec le diabète de type 1 montrent  une augmentation de la perméabilité intestinale et des changements microscopiques dans les microvillosités  de la muqueuse intestinale. Bien que les raisons derrière ces modifications ne soient pas claires, les bactéries intestinales errantes sont actuellement les principaux suspects. « 

Pour étudier l’impact que les bactéries intestinales peuvent avoir sur le développement du diabète de type 1, des chercheurs italiens ont examiné la flore intestinale et les niveaux d’inflammation chez 54 diabétiques de type 1.

Tous avaient des endoscopies et des biopsies prises à partir de leur duodénum, ​​la section précoce de l’intestin, et tous étaient sur un régime alimentaire similaire au moment des procédures. Les résultats ont révélé qu’ils avaient beaucoup plus d’inflammation que les témoins sains et même les patients diagnostiqués avec la maladie cœliaque.

Leur flore intestinale était également significativement différente, avec moins de proteobactéries (un groupe d’organismes qui comprend l’Escherichia, qui aide à produire la vitamine K, et la salmonelle, qui est associée à une intoxication alimentaire) et des niveaux plus élevés de filicules (un groupe de bactéries qui incluent les bacilles et streptocoque). Selon  un article publié:

« La prochaine étape sera de comprendre si les changements dans l’intestin sont causés par le diabète de type 1 ou vice-versa. De toute façon, l’étude marque un pas en avant dans notre compréhension de cette condition

Comme le remarque Piemonti: «Nous ne savons pas si l’effet de la signature du diabète de type 1 sur l’intestin est causé par les propres attaques du corps contre le pancréas ou par suite de celles-ci.

En explorant cela, nous pouvons être en mesure de trouver de nouvelles façons de traiter la maladie en ciblant les caractéristiques gastro-intestinales uniques des personnes atteintes de diabète de type 1. »

Principales caractéristiques d’une alimentation  anti-inflammatoire, et anti-Cancer 

De nombreux experts en cancérologie, notamment le Centre de médecine intégrative du MD Anderson et l’Institut américain de recherche sur le cancer (AICR), encouragent maintenant les régimes anti-inflammatoires en mettant l’accent sur:

  • Aliments végétaux biologiques et aliments fermentés. AICR recommande de s’assurer qu’au moins les deux tiers de votre assiette sont des aliments végétaux, et de manger au moins une petite portion de produits fermentés chaque jour.
  • Limiter les aliments transformés et de privilégier une préparation d’aliments chez soi.
  • Éviter les sodas, les boissons sportives et autres boissons sucrées, y compris les jus de fruits.
  • Équilibrer vos rapports oméga-3 et oméga-6. Pour la plupart, cela signifie d’augmenter votre consommation d’oméga-3, (lin, chia, huile d’algue marine)  et réduire la consommation de gras oméga-6, abondant dans les huiles végétales raffinées (aliments frits et aliments transformés).
  • Équilibrer la consommation de protéines. Trop de protéines causent de l’inflammation 

Les bactéries amies limitent  vos risques de certains types de cancer du côlon

Manger un régime à base de végétaux, riche en fibres est la clé pour prévenir le cancer du côlon, et la raison  est directement liée à la façon dont la fibre affecte votre microbiôme intestinal. Comme récemment rapporté dans le Medical News Today:

« Des études ont montré qu’un régime riche en viandes rouges et transformées peut augmenter le risque de cancer colorectal, tandis qu’un régime riche en fibres – riche en fruits, légumes et grains entiers – a été associé à un risque plus faible de la maladie. L’une des façons dont le régime alimentaire influence le risque de cancer colorectal est à travers les changements qu’il apporte au microbiôme de l’intestin (la population de microorganismes qui vivent dans l’intestin).

La nouvelle étude du Dr [Shui] Ogino et son équipe soutient cette affirmation, après avoir constaté que les individus qui suivaient un régime riche en fibres avaient des  risque plus faible de développer des tumeurs du cancer colorectal, dû à l’absence de la bactérie F.nucleatum

  1. nucleatum a été démontré pour être répandue dans les selles de personnes qui mangent un régime de style occidental, faibles en fibres, ce qui contribue au risque de cancers colorectal.

Pour tester cette théorie, l’équipe a analysé les données sur la santé et au mode d’alimentation  de plus de 137 200 participants à l’Étude  Ils ont ensuite analysé des échantillons de tumeurs obtenus auprès des participants qui ont développé un cancer colorectal au cours de l’étude, afin de déterminer si F. nucleatum était présent.

Les questionnaires sur la fréquence des aliments consommés, dont les  participants ont remplis durant les quatre années de l’étude, ont été utilisés pour calculer l’apport en éléments nutritifs et en fibres. Les participants qui avaient une alimentation  «saine», défini comme étant élevé en fruits et légumes,  céréales complètes et légumineuses, avaient un risque significativement réduit de cancer colorectal avec  F. nucleatum, comparés  à ceux qui ont opté pour une alimentation dite  occidentale, à faible teneur en fibres alimentaires.

Cela dit, le régime sain  n’a pas joué sur  le risque de développer un cancer colorectal et d’éviter la F. nucleatum. Selon Ogino, ces constatations «indiquent un phénomène beaucoup plus large – que les bactéries intestinales peuvent agir de concert avec l’alimentation pour réduire ou augmenter le risque de certains types de cancer colorectal»

Quels aliments fermentés ont le plus grand impact sur votre microbiôme?

Dans un récent épisode du programme «Trust Me, I’m a Doctor» de la BBC, 30 bénévoles ont accepté de manger, pendant un mois, un certain type d’aliments  fermentés  afin de voir comment cela affecterait leur microbiôme intestinal. Les volontaires ont été divisés en trois groupes, recevant soit une boisson probiotique commerciale, un  kéfir traditionnel fermenté ou des aliments riches en inuline tels que les topinambours, la racine de chicorée, les oignons, l’ail et le poireau. (L’inuline est une fibre pré biotique.)

Selon la  BBC:

«Ce que nous avons trouvé à la fin de notre étude était fascinant.» Le groupe qui consommait la boisson probiotique a vu un petit changement dans un type de bactéries connu pour être bénéfiques pour la gestion du poids, des bactéries appelées lachnospiraceae. Nos deux autres groupes ont vu des changements significatifs. Le groupe qui a consommé les aliments riches en fibres pré biotiques a vu une augmentation d’un type de bactéries bénéfiques pour la santé intestinale générale.

Notre plus grand changement, cependant, était dans le groupe de kéfir. Ces volontaires ont vu une augmentation dans une famille de bactéries appelées lactobacilles. Nous savons que certaines de ces bactéries sont bonnes pour notre santé intestinale globale et qu’ils peuvent aider des conditions telles que la diarrhée du voyageur ainsi que l’intolérance au lactose »

Acheté en magasin Versus fait maison 

Ensuite, l’équipe de la BBC a envoyé une variété d’aliments fermentés faits maison, achetés en magasin et quelques  boissons pour les tests de laboratoire.  Ce qui a révélé des «différences frappantes» dans la composition microbienne. Il n’est pas surprenant que les versions achetées au magasin contenaient des niveaux minimaux de bactéries bénéfiques, tandis que les versions maison étaient riches en une grande variété de probiotiques.

Une des principales raisons de cette différence tient au fait que les produits commerciaux sont souvent  pasteurisés afin de  prolonger la durée de conservation et assurer la sécurité, mais la pasteurisation tue ces bactéries si merveilleuses

C’est précisément pourquoi je recommande vivement d’acheter des produits traditionnellement fermentés, non pasteurisés ou, mieux encore, les faire vous-même. C’est beaucoup plus facile que vous ne le pensez, et peut vous faire économiser beaucoup d’argent. (Les Lacto fermentations sont assez dispendieuses en magasin)

 

Nourrissez votre microbiôme et optimiser votre santé

Les recherches suggèrent que votre microbiôme – colonies de bactéries, de virus et d’autres microbes vivant dans votre intestin – peut être l’un des facteurs prépondérants qui déterminera  votre santé et longévité.

Ainsi, en nourrissant nos  bactéries intestinales bénéfiques avec un régime sain et riche en fibres et d’aliments fermentés, et en arrêtant  de consommer  des aliments transformés et d’origine animale  qui ont des effets négatifs sur votre microbiôme, sont de bonnes  stratégies pour une  atteindre une santé optimale et  ainsi prévenir l’apparition de  maladies, y compris le cancer.

Références :

http://www.aicr.org/cancer-research/grants/grant-09A002.html?_ga=1.46319655.1889512706.1486130610

http://www.aicr.org/assets/docs/pdf/research/rescon2013/lampe-fermented-foods.pdf?_ga=1.50595881.1889512706.1486130610

http://beatcancer.org/blog-posts/fermented-foods-and-cancer/

http://www.aicr.org/cancer-research/conference/presentations/lampe_diet-the-gut-microbiome-and-cancer.pdf?_ga=1.18401593.1889512706.1486130610

https://www.scientificamerican.com/article/among-trillions-of-microbes-in-the-gut-a-few-are-special/

https://www.mdanderson.org/publications/focused-on-health/may-2014/inflamation-cancer-diet.html

http://www.bbc.com/news/health-38800977

 

Click here to add a comment

Leave a comment: